Portraits au miroir

atelier d'écriture

 

 

Reflets

 

Un boudoir, un miroir, Narcisse comme la Reine

Rêve devant son reflet, la vanité de la beauté

Lui a fait perdre son amour ; les vrais mensonges,

Les poupées russes, voilà  que le miroir

Calme, lac argenté, te transforme

Tantôt flamant rose, tantôt hibou hirsute !

Oscar Wilde n’en aura pas moins perdu

Dorian dans l’insondable reflet de l’âme.

 

Maguy mars 2011

atelier d'écriture

Dans la salle de bain, la lumière est allumée.

Que fais-tu ? Qui es-tu ?

Tu te regardes un peu à la sauvette l’air angoissé, tu t’épies ?

Tu te regardes beaucoup tu te scrutes, tu t’observes…

 Et lui aussi, le miroir, il t’épie, il t’observe

Il réfléchit sur toi et il te réfléchit.

Un dialogue silencieux s’installe,

Les mimiques se modifient, se répondent, s’agressent ou s’écoutent…les corps bougent.

 Puis soudain, tu souris,

L’air devient plus léger, les lèvres bougent, s’étirent.

 Parfois, une idée t’envahit, te tourmente

Tu éteins la lumière et sors de la salle de bain.

 Il fait noir. Le dialogue est rompu

Les acteurs ont disparu

C’est la fin.

 

Celine

atelier d'écriture

 

Mains

 

Une tient ma feuille des deux doigts comme pour ne pas paraitre inoccupée.

Mais fausses jumelles, je sais que vous n’êtes pas mues par le même sentiment.

Pendant qu’une s’agite, l’autre reste figée, comme prisonnière de l’image que lui renvoie le miroir.

Ces petits tressautements lorsque la feuille se soulève sous l’assaut du stylo rouge de la Région de Rutger,

Sont autant d’avertissements afin que je calme mes gribouillis.

Seul le pouce préhensile reste impassible, absent. Mais quel est ce point rouge arboré aujourd’hui sur la première phalange ?

Personne ne répond bien sûr !

Présentes mais muettes, les mains.

Ah je vous connais les coquines !

 

Maguy mars 2011

atelier d'écriture

 

Le miroir et son reflet

 

Qui es-tu ? Image ovale, limitée, ridée à l’air soucieux.

Est-ce un mirage ? Qui est-elle vraiment ?

Je connais ce reflet, je l’ai déjà rencontré.

Je ne l’ai pas toujours aimé, mais l’image m’est familière aujourd’hui.

Que cache ce regard, cette expression,

Cherche-t- elle à influencer la vision de moi, Hélène ?

Si c’est une autre femme, j’aimerais la connaître mieux, la rencontrer.

Qui est-elle vraiment ? Le saurai-je un jour ?

Je pense être sur le bon chemin, car je suis certaine d’apprivoiser ce reflet.

Ce miroir parle un peu de moi, mais il ne dit pas tout.

Je dois encore chercher…

 

Hélène

 

atelier d'écriture

 

A travers le miroir

 

Dans le carré lumineux se reflète un carré de verre

Derrière lequel quelques branchages gazouillants

Profitent des derniers rayons de soleil

Un rond de lumière lèche les feuilles tendres

Sur fond de petits losanges azurs.

Ce cadre, ces cadres, devrai-je dire

Agrandissent l’espace de cette pièce enclavée.

A l’intérieur, penchés sur nos feuilles

Sous ce plafond moucheté, nous essayons de nous échapper

De cette journée active pour mieux profiter d’un moment réfléchi

Aspirés par les lignes noircies, nous voici devenus

D’intemporelles ondes mouvantes.

 

Maguy mars 2011

atelier d'écriture

 

Les yeux dans le miroir

 

Regard fixe, les yeux sont vrillés à ceux d’en face,

Essayant de deviner ses pensées, espérant y voir un semblant de soi.

Mais non, les yeux restent impassibles.

Les ridules qui deviennent rides et cernes, marquent le temps,

Les éclats de rire et les douleurs.

Le peintre fixe le regard à tout jamais mais un souffle, un mouvement

Et le miroir fait frémir les paupières, un sourire s’esquisse et la vie revient.

Le regard s’égare de nouveau. Où va-t-il ? Vers quelle pensée erre-t-il ?

Voilà, il se pose de nouveau dans la fixité de son vis-à-vis.

Il se parle à lui-même, il se comprend,

Il se voit comme les autres le voient peut-être ou aimeraient qu’ils le voient.

Miroir, tu marques les étapes de la vie ;

Mais éphémère, on t’oublie une fois refermé.

 

 

 

Joseline

atelier d'écriture

 

 

Réflexion

 

Dans le rectangle argenté un visage penché.

Grands yeux, étonnés et dubitatifs

Qui suivent une main agitée

De mouvements mécaniques sur une feuille de papier.

Parfois, ces yeux se lèvent vers le plafond

Puis plongent rapidement vers le plan lisse

Où se forment des mots mystérieux.

Elle écrit.

Qu’a-t-elle choisi comme thème ?

A son sourire énigmatique, je vois une émotion

D’un souvenir agréable sans doute

Qu’elle voudrait nous faire partager à travers son miroir.

Soudain, elle se pose une question : ‘me serai-je trompée ?

Cela ressemble-t-il à un portrait d’un être vivant ?’

Qui le saura, Joseline?

 

Maguy   2009


Date de dernière mise à jour : 06/07/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site